Applause

Aller en bas

Applause

Message  Purplemim le Mer 15 Fév - 13:56

J'ai découvert Applause dans une petite salle (100 Mirors) du BSF (brussel summer festival).
Une musique sombre et envoûtante, mystérieuse, en live ça vous scotche les pieds au sol, et ça fait divaguer votre esprit...
Sympa : )

myspace

Description officielle:
«On s’est marié en 2006, puis on s’est séparé durant deux mois, puis on est tombé enceinte (1er EP), ce qui a redonné du punch à notre union, alors on s’est remis ensemble. Et là, on attend notre deuxième enfant. Il va être beau. On a beaucoup de projets pour lui. On est très heureux, merci !»

Le bébé en question est un album sidérant.
Le premier signé par Applause: Where it all began

La naissance d’un groupe essentiel ça tient à quoi? Ici: rencontre sur les bancs de l’école de garçons bruxellois et wallons, formations successives sous plusieurs noms et chapelles. Puis, recrutement d’un chanteur qui contribue à stabiliser une direction. Là, les gars voient la trentaine s’approcher de loin. A ce stade, on s’accroche ou on laisse tomber. Sauf que les échos poussent à poursuivre. Ils sont enthousiastes, soutenus. Ils promettent une sortie prochaine de l’étroit territoire dans lequel ils ont bâti leur réputation. Le territoire c’est Bruxelles, alors. Pas exactement un épicentre de la culture pop/rock en Europe, mais une interzone de laquelle surnage quelques salles et festivals qui situent la cité au cœur de l’attention: l’Ancienne Belgique ou le Botanique. Là, Applause fait ses premiers pas et enchaîne les premières parties classes (M, notamment). Une trentaine à ce jour. C’est peu et beaucoup à la fois. Suffisamment cependant pour que leur aura éveille l’intérêt d’un label de rang.

2010. On retrouve Applause aux commandes d’un premier EP radieux, fruit de furetages intensifs au creux de territoires métissés (Radiohead, Nina Simone, Jeff Buckley…). Une seule écoute de ce 5 titres suffit à convaincre que ces types s’y connaissent rayon mélodies (Traceability, White Rabbit ou l’aérien Closer). Radio Nova ne s’y trompe pas et bastonne le single Lighthouse à la rentrée. Forcément, là, ça s’agite, ça parle, ça spécule sur le futur proche de ces gars décomplexés, modernes et aux ambitions affinées. Et puis cette idée qui gratte: et si avec Applause on tenait une réponse élégante aux déferlantes indies britanniques? La réponse est réservée alors que les 5 entrent en studio à l’automne avec Daniel Presley (The Breeders, Faith No More, Dionysos, etc...).

Le résultat de leur collaboration s’intitule Where it all began. Et à son écoute on se dit que les zones grises vont décidément bien à ce gang allergique aux catégories, pour qui le juste terrain de jeu est celui où les influences cohabitent toutes.

C’est le tour de force premier de Where it all began : échapper aux étiquettes, aux enclos. En onze titres tour à tour tendus, ténébreux, baroques ou assagis, naviguant entre pop, rock et électro, mais aussi funk et reggae blanc, jazz domestiqué et cordes façon Melody Nelson, Applause apparaît sans frime pour ce qu’il est: un groupe débarrassé de toute timidité et à l’appétit créatif bluffant.

Du catchy All About You qui ouvre l’album au barré Road to Nowhere comme fonçant en plein désert. Du brûlot funk Black Sand au « french touch » Hope You’re Better ou à l’entêtant It’s About Time, comme arraché à l’ombre par son orchestration riche en cuivres. De la cavale sauvage Witches, du jazz « un peu Gil Evans » de Feelings à l’impeccable The Woods où Michel Colombier parait réactiver ses saillies orchestrales. De A Way Out of Blue, réponse toute en tension au rock mégalo épique de Muse à son contraire, l’aigre-doux Where it all Began, enfin aux vertiges de White funeral, terme élégiaque d’un disque mutant.
Where it all began ou la mue d’un groupe en mouvement, qui compte bien le rester, et décidé à explorer de nouvelles frontières.
3ème Bureau est fier d’annoncer la publication du premier album d’Applause. «On a beaucoup de projets pour lui. On est très heureux, Merci». David Brun Lambert


_________________
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va"
avatar
Purplemim

Messages : 93
Date d'inscription : 13/02/2012
Age : 27
Localisation : Toulouse & ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum